Justice & Paix

Peut-être, vous avez déjà entendu parler de Justice et Paix ; mais souvent, nos connaissances sont incomplètes et un peu vagues. Par erreur, nous assimilons Justice et Paix aux mouvements ou aux CEV que nous retrouvons dans nos paroisses. Pourtant, Justice et Paix en est bien différent ! C’est un organe aux missions spécifiques, et fondamental, de l’Eglise Catholique sans lequel, la foi chrétienne n’est pas pleinement vécue.

Justice et Paix et inhérente à la relation de l’Homme avec Dieu, les relations entre les Humains en tant que frères et sœurs, les relations entre l’Homme et les autres créatures de Dieu (environnement).

L’institution de Justice et Paix comme « une pastorale » remonte depuis la réforme actuelle de l’Eglise du Christ : le deuxième Concile Œcuménique du Vatican d’Octobre 1962. Le Concile avait ainsi souhaité sa création comme « organisme de l’Eglise universelle, chargé d’inciter la communauté catholique à promouvoir l’essor des régions pauvres et la justice sociale entre les nations »(Gaudium et Spes n. 90). En réponse à ce désir, le 6 janvier 1967 le Pape Paul VI créa la Commission Pontificale « Justitia et Pax ».

En 1988, la constitution apostolique Pastor Bonus, publiée par Jean-Paul II réforme la curie et redéfinit le rôle et la composition des différents organes. Elle transforme en particulier la « Commission Pontificale » en Conseil Pontifical « Justice Et Paix ». Celui-ci sera fusionné depuis janvier 2017, au sein du « Dicastère pour le Service de Développement Humain Intégral », avec les ex Conseils« Cor Unum », pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, et  la pastorale des services de la santé (au niveau du Saint Siège), en gardant les attributs spécifiques de « Justice et Paix ».  Il se déploie au sein des Eglises locales et auprès des populations, par les Commissions Episcopales Justice et Paix, les Commissions Diocésaines Justice et Paix, les Comités Paroissiaux Justice et Paix.

Tous ces organes ou structures de justice et Paix sont liés. Le dicastère qui donne le point de vue de l’Eglise et des orientations pastorales par rapport à une problématique donnée doit se baser sur des informations issues des contextes locaux (communautés de base) remontées depuis les Comités paroissiaux, en transitant par l’organe technique diocésain (la CDJP), l’organe technique de la Commission épiscopale, (le SNJP).  Voilà pourquoi, les CPJP sont définis comme « les yeux et les oreilles » de l’Eglise sur le terrain en ce qui concerne l’observation des injustices, des conflits et la protection de l’environnement dans notre société. 

Informations Générales – CDJP Ngaoundéré

Date de création : mars 1996

Historique : En mars 1996, le Diocèse de Ngaoundéré avait été choisi pour abriter la première session nationale Justice et Paix. Trois diocèses, dont celui de Ngaoundéré ont créé leurs Commissions diocésaines à cette session.

Le premier Evêque était Monseigneur Jean PASQUIER (premier Président de la Commission Diocésaine Justice et Paix de Ngaoundéré). L’institution a effectivement connu son envol le 13 avril 2004, avec Monseigneur Joseph DJIDA qui a nommé ses responsables, officiellement désignés. Depuis le mois de janvier 2015, après le décès de celui-ci, la présidence de la Commission diocésaine est assumée par Monseigneur Emmanuel ABBO, Evêque du Diocèse de Ngaoundéré.

Mission principale du programme : Promouvoir la Paix par la Justice sociale, à la lumière de l’Evangile et de la doctrine sociale de l’Eglise Catholique dans le Diocèse de Ngaoundéré

Vision : elle partage la vision du CODAS – Caritas Ngaoundéré, dans la mise en œuvre du plan stratégique avec les autres programmes et, la mise en œuvre du plan pastoral diocésain en général.

… devenir « … un acteur pertinent, rayonnant et proactif du développement et de promotion humaine intégrale, à travers un personnel dynamique et compétant, pour une gestion rigoureuse, performante et durable de ses ressources et de son réseau partenarial ». (Une société où les gens ont la vie en abondance (Jn. 10, 10) –

Les objectifs de la CDJP – Ngaoundéré

OBJECTIF DU DEVELOPPEMENT : « Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations sur l’étendue de la région de l’Adamaoua dans un élan de facilitation, d’autopromotion, de solidarité et de mobilisation stratégique »

OBJECTIF DU PROJET : « Contribuer à l’amélioration des conditions socio-politiques favorables à la paix et aux Droits de l’Homme dans la région de l’Adamaoua ».

Objectifs intermédiaires : elles sont définies et évaluées chaque année, et en fonction des axes stratégiques prioritaires retenus.

Pour 2020, elles se déclinent en :

  • La Promotion de l’autopromotion des populations du Diocèse
  • L’Amélioration du respect des droits des personnes vulnérables dans le diocèse de Ngaoundéré
  • Le renforcement de la participation des communautés du Diocèse à l’édification des institutions (républicaines) efficaces
  • L’Amélioration des capacités d’action de Justice et Paix dans le Diocésain

Axes Stratégiques d’intervention :

  1. Promotion du développement humain intégral et durable (Cfère: Cadre stratégique de fondation Caritas – Cameroun 2018 – 2020)
  2. Développement institutionnel et renforcement des capacités de la Commission Diocésaine
  3. L’autonomisation du programme

L’équipe de la Commission Diocésaine