Comités Paroissiaux

En fait, dans nos villages et nos quartiers, nos paroisses, les chrétiens orientent fréquemment vers les curés, les personnes victimes d’injustices. L’on peut citer entre autres, les cas de vol, la bagarre, le mensonge, la sorcellerie, l’exploitation des plus pauvres, des plus petits, la confiscation des biens et ressources d’autrui, problèmes conjugaux, la succession, etc…

Il est important de se référer à l’Eglise, par son dirigeant pour trouver des solutions durables ; mais cela ne suffit pas. Il est encore mieux de s’organiser, en tant que chrétiens à la base, afin de prêter main forte au Curé, pour porter la voix de l’Eglise. Les hommes et les femmes qui s’intéressent aux problèmes de paix et de bonne entente, de justice peuvent se réunir pour former un groupe appelé « comité paroissial justice et paix ».

Ces personnes de bonne volonté qui créent un comité justice et paix au sein de leur paroisse veulent améliorer la vie communautaire et amener les gens à mettre plus de justice dans les actes qu’ils posent.

Leurs points de repère sont alors :

  • La parole de Dieu (« Que dit la Bible en cas de conflit ? », « que dit l’Eglise ? »)
  • Les textes et lois de la république (lorsqu’ils sont conformes à la parole de Dieu)
  • Les coutumes locales (coutumes des parties) lorsqu’elles sont conformes à la parole de Dieu et aux lois de la république …

Il ne sert à rien d’étudier des problèmes si on ne fait rien pour les résoudre. Il ne faut pas chercher de grandes choses. Mais des petites actions à notre taille, que nous sommes capables de faire.

Que peut faire et comment agit un Comité Paroissial ?

Il ne sert à rien d’étudier des problèmes si on ne fait rien pour les résoudre. Il ne faut pas chercher de grandes choses. Mais des petites actions à notre taille, que nous sommes capables de faire. Aller voir les gens qui ont des problèmes entre eux pour essayer de les remettre d’accord. Initier une réunion de la communauté, du village ou du quartier avec les plus anciens pour discuter du problème. Aller voir une autorité locale pour lui parler du problème afin de rechercher ensemble des solutions. Rapprochez-vous des autorités qui sont dans votre paroisse pour recueillir leur avis sur un problème important comme le déguerpissement par exemple ou une arrestation arbitraire. Ecrire à un journal (l’Effort camerounais par exemple) pour qu’il dénonce une injustice grave dont vous ou des membres de votre communauté êtes victimes.

Il faut toujours mener des actions en groupe, des actions collectives de « Justice et Paix ». C’est la solidarité entre les membres du groupe qui lui donne sa force.

Cela aide les gens à se soutenir, à éviter la peur et mieux se faire écouter, car un adage dit : « un seul doigt ne prend pas la boule ». Même le responsable ne doit pas mener une action seule. Les membres du comité paroissial doivent éviter de mettre le curé devant les faits accomplis.

Il faut toujours mener des actions non violentes. La non-violence s’appuie sur l’échange, sur le dialogue. Il ne s’agit pas de répondre au mal par le mal. Il faut dialoguer, amener les gens à se réconcilier, sous l’éclairage de l’Evangile.